“Les nouvelles générations ont changé à la notion de réussite sociale et de bonheur”

Sophie Lacoste

Administratrice de Fusalp

Sophie-Lacoste-rectangle

Sophie est diplômée de Dauphine (1999). Après un passage chez JP Morgan à Londres, elle entre au Conseil d’Administration de Lacoste SA en 2004, où elle intègre les comités Comptes et Rémunérations. Elle y siège jusqu’en 2014. C’est l’aventure de son grand-père, René Lacoste, et d’une famille qui forge sa passion pour l’entreprise.
Fin 2012, à la vente de la société familiale, Sophie décide, avec son frère Philippe, de fonder une nouvelle aventure entrepreneuriale. Ils rachètent, en décembre 2013, la société Fusalp. Sophie en est administratrice. L’enjeu est de faire renaitre la marque en France et à l’international en affirmant son identité tant sur les pistes de ski qu’à la ville.

Par ailleurs, diplômée de l’ERAC (École nationale de Théâtre), en 2003, Sophie a été comédienne dans le théâtre public et a dirigé sa Compagnie pendant près de dix ans.
En 2006, rendant hommage à son grand-père, dont elle était très proche, elle créée la Fondation René Lacoste qui aide les jeunes à trouver une nouvelle voie par le sport. Elle la préside jusqu’en 2014.

Sophie est aujourd’hui Présidente du Fonds de Dotation Porosus, fonds familial, créé fin 2012, dédié à l’émergence des jeunes talents dans les domaines artistique et sportif.

Sophie, tu es une fidèle des Sommets depuis la première édition, et à chaque fois tu nous montres un engagement sans faille et une vision inspirante. 
Aujourd’hui, on parle tous de sens, de responsabilités et de transformations vers l’entreprise de demain. Quels sont tes convictions fortes et tes engagements actuels ?

Oui. On parle de sens et c’est fondamental. Fondamental car les nouvelles générations ont complètement changé la notion de réussite sociale et de bonheur. Elles cherchent la liberté et l’agilité, l’équilibre entre une vie professionnelle épanouissante et une vie personnelle riche. Le sens, pour l’entreprise, découle de la prise en compte de sa responsabilité à 360°, de la prise en compte de l’entièreté de son empreinte sur son environnement. L’entreprise de demain ne peut donc agir qu’en pleine conscience. C’est assez compliqué car cela demande, en temps réel, l’analyse de beaucoup de données endogènes et exogènes afin d’agir dans l’intérêt cumulé de tous.

Face à cette montagne, je pense qu’il faut prendre un chantier à la fois, être capable de réaliser des améliorations concrètes et chiffrées et s’en réjouir.
Je me souviens de l’interview que j’avais faite pour les Sommets, en janvier 2020, où j’avais parlé de l’importance du développement du télétravail. La réalité est allée bien au-delà de mes espérances et je trouve formidable d’intégrer, dans la normalité du travail en entreprise, de pouvoir passer trois jours par semaine chez soi !

Quelle est ta vision de l’entreprise de demain et peux-tu nous partager des actions que tu as mis en place chez Fusalp ?

La grande problématique d’une entreprise en développement est d’être bien au clair sur ses valeurs et de les partager. Nous mettons en place beaucoup d’actions de cohésion qui sont d’autant plus importantes dans la période d’isolement que nous avons traversée.
Un projet philanthropique: «Fusalp s’engage», des conférences inspirantes: «Fusalp ensemble », le suivi des champions que nous soutenons, etc…

Les clients comme les salariés ont sans doute des exigences plus grandes depuis quelques mois comme sur l’éco-responsabilité, la flexibilité au travail, la production plus propre pour ne citer que quelques exemples. Penses-tu que c’est un effet de mode post crise sanitaire une tendance de fond que les entreprises doivent vite s’approprier ?

Tout ceci est une vague de fond. Nous changeons complètement de paradigme. L’éco- responsabilité doit être au cœur de nos stratégies. Nous avons signé le Fashion Pact afin de nous intégrer dans une démarche d’ensemble. Chaque salarié a, dans sa mission, un travail sur l’amélioration de notre impact à effectuer et ce point fait partie des critères pour l’octroi d’une prime.

Quels conseils issus de ton expérience aimerais-tu partager avec la communauté des Sommets ?

Le bénéfice indiscutable d’une démarche philanthropique pour les entreprises. « Fusalp s’engage » est un geste collaboratif d’implication de notre entreprise pour les causes qui nous sont collectivement chères. Ce sont les salariés qui mènent tout le process et qui votent pour les associations soutenues. Cela apporte beaucoup de lien et d’humanité, au sein de l’entreprise, dans notre manière de travailler.

Et pour les entrepreneurs, je dirai de ne jamais oublier la joie qui doit diriger, en premier lieu, notre démarche. Elle est essentielle pour s’épanouir ! A la fin de l’année, on se rend bien compte que la majeure partie de nos soucis n’en étaient finalement pas. Alors accueillons les emmerdes avec joie !

Propos recueillis par Sophie Guignard.

Pour plus d’échanges inspirants, rendez-vous aux Sommets les 28, 29 et 30 mars 2022 à Annecy.

PROGRAMMATION 2022